Le tablier français par Marcel et Jean

Nov 12, 2018 | Marcel et Jean

Accueil » Blog » Marcel et Jean » Le tablier français par Marcel et Jean

L’histoire a commencée il y une dizaines d’années. C’est l’histoire d’une envie profonde de faire quelque chose de différent, de laisser une trace, d’oser et de créer sa propre entreprise. Aujourd’hui, l’envie a laissé place à l’excitation, la passion et beaucoup de travail mais la motivation est plus que jamais là.

Nous avons décidé de partager avec vous l’histoire du tablier français, de nos tabliers français. De l’idée à la création de la marque Marcel et Jean en passant par la production et commercialisation de nos produits. Sachez qu’on est franc et que tout est vrai. On est comme nos tabliers, naturels !

L’idée

On vous confirme que l’idée ne se trouve pas sous le cul d’une poule, qu’il faut y réfléchir longtemps et que parfois le hasard fait bien les choses.
L’idée du siècle ne nous est pas apparue juste comme ça, alors on s’est posé des questions pour faire le tri parmi nos idées.

La grande réfléxion

On veut créer notre entreprise mais :

  • Combien on veut mettre dans ce projet ?
    Pour commencer on voulait utiliser nos économies pour éviter les banques dès le début, tester le marché et ensuite demander des financements. On a donc cherché une idée de business assez simple, ne demandant pas un investissement énorme dès le départ.
  • Quelles sont nos compétences ?
    A nous deux, grâce à nos formations et expériences précédentes on avait des compétences commerciales, marketing, création de site internet, communication web et quelques notions de couture (une passion personnelle). On s’est donc orienté vers de la vente en ligne ou du moins une activité sur le web, ce qui nous semblait logique.
  • Mises à part mes quelques notions de couture qui nous ont permis de créer le tout premier prototype de tablier, on ne connaissait vraiment rien au monde du textile.

  • Sommes-nous prêt à nous lancer ?
    Partir dans une aventure pareille à deux c’est clairement un atout ! Mais il faut rester réaliste sur la difficulté de la chose. On a donc préparé nos vies à ce bouleversement :

    • avoir le soutien de nos familles (pas facile, ça fait flipper tout le monde)
    • se répartir le boulot. A deux, ça fait moins peur mais ça peut aussi être compliqué. Ça tombait bien car nous avions des compétences très différentes. Comme dirait l’autre : “Chacun son métier et les vaches seront bien gardées”.

Ces questions, on y avait répondu et pourtant, toujours pas d’idée. Le hasard nous a donné un petit coup de pousse.

Le hasard, un tablier

Noël 2016, on est un peu fauché et on décide que le budget max pour s’offrir un cadeau sera de 10€ cette année. A cette époque, Olivier est fan de pâtisserie et moi fan de couture. Il fait de la pâtisserie mais ne porte jamais de tablier. Ça n’a pas de sens. Je décide de lui coudre, sans le savoir, ce qui sera notre tout premier tablier.

Il l’adore, mais à ce moment là, aucun de nous ne percute. Pourtant l’idée est là, sous nos yeux !

C’est seulement quelques heures plus tard, au resto, en repensant à cette envie de créer une entreprise qu’Olivier a fait le lien. On a écumé internet une bonne partie de la nuit pour évaluer rapidement le marché…

Etudier et approfondir l’idée

On a mis six mois à peaufiner l’idée, à regarder ce qui existait déjà, à chercher des études sur la pratique de la cuisine en France. Après tout, faire des tabliers de cuisine n’a rien de révolutionnaire !
Notre idée, c’est que l’on a remarqué qu’il y avait un trou, un no man’s land dans le marché des tabliers : quasiment aucun produits adaptés en terme d’esthétique aux jeunes, trentenaires qui pourtant sont de plus en plus nombreux en cuisine.

Petit à petit, on a décortiqué l’idée de base pour approfondir chaque partie et obtenir une ligne directrice claire et précise.

C’est là que l’on s’est rendu compte que toutes nos expériences passées seraient très utiles. Mon passé de commerciale et mes études en management nous ont aidé à structurer nos idées et définir un vrai business model.

Structurer et développer le business model

Marcel et Jean : c’est quoi ?

Pendant ces six mois de réflexion, il a fallu trouver des réponses à toutes les questions que l’on se posait. Bien entendu, en six mois on n’a pas répondu à toutes les problématiques mais on a structuré une offre assez claire :

Qu’est-ce qu’on fait ?

On créer et on vend des tabliers de cuisine modernes, haut de gamme et fabriqués en France.

Qui sont nos clients ?

En fonction de nos recherches précédentes on s’est orienté vers une cible plutôt jeune : les 25/35 ans qui ont des revenus confortables, qui aiment s’habiller et cuisiner.

Notre Objectif ?

Faire du tablier de cuisine, produit traditionnel et vieillot, un vrai accessoire de mode ! L’idée c’est de transformer un produit vieillot en produit vintage.

Nos tabliers ?

Ils sont épurés, élégants, résistants, pratiques, composés de matières naturelles et nobles, respectant des valeurs de terroir, de fait maison, de tradition et fabriqués en France (parce qu’on y croit et que c’est important pour nous).

A quel prix ?

On voulait des produits de haute qualité alors on a décidé de fabriquer nos tabliers en France pour garantir un savoir-faire et soutenir l’industrie de notre pays. Le Made in France est un pilier fondamental de notre business. Il est vrai, fabriquer en France coûte plus cher que fabriquer au Portugal ou au Maroc mais c’est un choix et on y tient !

A partir de là, on a déterminé un prix de vente :

  • Combien nous coûte un tablier ? (tissus, cuir, confection, boutons, boucles…)
  • Combien ça nous coûte de le vendre ? (packaging, livraison, publicité…)
  • Combien on a besoin pour faire tourner l’entreprise ? (coût de structure…)
  • Combien on a besoin pour vivre ? (a un moment, il faut s’y pencher)
  • Prix de vente

Voilà, c’est tout !

Où sont vendus les tabliers Marcel et Jean ?

De part nos compétences et nos convictions, ce point a été vite débattu. L’avantage d’internet c’est que depuis notre bureau on peut vendre partout en France et même au-delà. Les coûts et les charges sont bien moins élevées comparé à l’ouverture d’une boutique.
Bref, on a tranché.
Malgré tout, nous sommes bien conscients que proposer nos tabliers dans des boutiques revendeurs serait aussi utile pour accéder à une population qui ne nous aurait pas connu sur internet. Sujet intéressant, à suivre prochainement…

Comment on vend sur internet ?

Grande question n’est-ce pas ? Heureusement, Olivier, c’est un peu son métier. On avait plusieurs problématiques :
⇒ Techniquement, comment on fait ?
⇒ Comment on se fait connaître ?
⇒ Comment on transforme les visiteurs du site en clients ?

La sécurité

Le site web Marcel et Jean est https, on peut le vérifier avec la présence du cadenas vert à gauche de l’URL. Cette certification garantie la sécurité des paiements. C’est du solide l’histoire.

Se faire connaître

Nous sommes certainement comme vous : de fervents utilisateurs des réseaux sociaux. C’est pourquoi il nous semblait important pour Marcel et Jean de communiquer avec vous de manière transparente. Nos commentaires et publications sur les réseaux sont rédigés et postés avec soins par nos petits doigts. Ca prend du temps mais on y tient !

  • Instagram est notre principal réseau de communication. Très visuel, il permet de partager avec vous des photos de notre univers, de nos tabliers, de bonnes bouffes et autre moments de partage.
  • Facebook est, pour nous, plus “récréatif” et nous permet de vous montrer l’envers du décor, de vous faire découvrir notre travail et de vous parler de nos nouveautés. Et, on partage aussi des vidéos qui nous font rire.
  • Pinterest c’est un peu notre lookbook, un univers très visuel pour mettre en avant de jolies photos et vous faire découvrir les différents article de notre Blog.
  • Vous pouvez aussi nous retrouver sur Linkedin, réseau pro sur lequel on vous parle de notre actualité.

Marcel et Jean est connecté avec vous.

Vendre

Vous pouvez voir quelques unes de nos publicités, principalement sur facebook, pour vous montrer nos best sellers et nos nouveautés.

En plus, on a choisi de créer un blog pour aller plus loin dans le partage. C’est un boulot à long terme, exigeant et prenant. Tous les jours, on bosse dur pour vous apporter plein d’astuces, de recettes, de tests et d’infos.

Une expérience client rêvée

Nous aussi, nous sommes de grands acheteurs c’est pourquoi nous souhaitons vous proposer la meilleure expérience client possible. On en a fait des priorités :

  • Le retour gratuit sous 30 jours
  • La livraison gratuite
  • La proximité (facilité de contact et une réponse rapide)
  • La transparence (c’est quoi et d’où ça vient ?)

Tout ça ne s’est pas fait en un jour, on a travaillé, fait, défait, refait…On est en perpétuelle évolution et remise en question pour que l’achat d’un tablier Marcel et Jean soit une expérience inoubliable (ou presque…).

Au fait, elle a un nom notre marque ?

Normalement, dans la création d’une marque c’est après avoir fait tout ce travail de réflexion que le nom se trouve plus facilement car on sait plus précisément où on va. Nous concernant, on doit être l’exception qui confirme la règle…

En décembre 2016, deux jours après avoir eu l’idée des tabliers, on a trouvé le nom de notre marque. On ne savait même pas à quoi ressembleraient nos tabliers mais on avait le nom.
On voulait une marque qui nous ressemble un peu : jeune, moderne mais respectant les valeurs de terroir et de tradition avec lesquelles nous avions grandi. Pour illustrer ces valeurs, quoi de mieux que nos racines ?

C’est comme ça que la marque Marcel et Jean est née.
Marcel était le grand-père d’Olivier et Jean celui de Camille.

Marcel et Jean, deux hommes, la même trempe.

Se confronter à la réalité

Pour entrer dans le vif du sujet et déterminer les premières choses à faire, on a pris le problème à l’envers pour savoir si nos compétences suffiraient au projet :

  • Création d’un site internet marchand & communication web
  • Vente (argumentaire commercial, négociation…)
  • Stylisme (création, patronage…)
  • Production

Avec ça, on a vite compris qu’il nous manquait une compétence clé : la connaissance du monde du textile.

Le maillon manquant

Concernant la création, nous faisions nous même les dessins des tabliers et les premiers prototypes avec mes notions de coutures. Est-ce que ça suffisait pour travailler avec un atelier ? A vrai dire, on n’en savait rien.

Quoi qu’il en soit, plusieurs options s’offraient à nous :

  • Reprendre des études de stylisme : j’aurais adoré mais ça repoussait le projet et à 28 ans avec un bac+5, c’était un peu too much pour nous…
  • Appeler directement un atelier et voir ce qu’il se passe : possible mais niveau crédibilité c’était moyen et on passait pour des amateurs…
  • Nous faire aider par quelqu’un qui s’y connait : On a choisi cette option !

Pour cela, on a cherché sur le web et on a rapidement trouvé Hélène. Styliste pour sa propre marque de vêtements pour enfants et couturière de formation, elle proposait (via un site) d’accompagner des porteurs de projet, comme nous, sur toute la partie création.

On aurait pu déléguer à Hélène, toute notre partie couture et les relations avec l’atelier mais ce n’était pas notre objectif. Nous voulions avoir un premier aperçu du monde très codifié du textile pour, ensuite, nous y intégrer.
Très vite, Hélène m’a appris la base du vocabulaire technique à tenir, m’a apporté ses conseils dans l’élaboration des patrons, m’a orienté sur la relation à avoir avec un atelier de confection…

Ses conseils ont été précieux et son regard bienveillant nous a confirmé qu’avec mes compétences en couture (100% autodidacte), nous pouvions directement contacter les ateliers. Elle m’a donné la confiance nécessaire à la suite du projet.

Nous étions prêts à passer à l’étape cruciale des fournisseurs !

La recherche de fournisseurs

Alors, comment fait-on pour trouver des fournisseurs quand on y connait rien ?
Quand on sait pas, on demande. On a demandé à Google s’il connaissait quelques personnes à nous conseiller.

Malheureusement, il en connait beaucoup trop.

On s’est donc tourné vers des boîtes qui nous rassuraient un peu : les entreprises locales. Tous les deux originaires du Sud-Ouest, on s’est, dans un premier temps, concentré sur la région.
La prise de conscience a été rapide : région ou pas région, les ateliers ont beaucoup de demandes pour l’élaboration de prototypes (1ère étape) qui ne débouchent pas forcément sur une production en série. L’accueil était donc un peu expéditif. Il a été très difficile d’être crédible à leurs yeux et d’être pris au sérieux.

Il est clair que la recherche de fournisseurs a été l’étape la plus compliquée dans la création des tabliers Marcel et Jean. Que ce soit techniquement ou moralement parlant.

Bref, on a serré les dents et rien lâché !

Passer à l’action

Un entrepreneur est quelqu’un qui se jette d’une falaise et construit un avion sur le chemin de la descente.
Reid Hoffman (fondateur de Linkedin)

C’est à peu près le sentiment ressenti quand j’ai quitté mon CDI confortable pour ce projet un peu fou qui n’était encore qu’une idée.

C’est pourtant le moment clés qui a changé nos vies. Pour avoir moins peur, on a ouvert le champagne.

Avoir un statut officiel

Avant de penser à la production, nous nous sommes penchés sur la partie administrative, peu reluisante mais ô combien importante.

Grâce à mon ancien patron qui soutenait notre projet de création d’entreprise, j’ai pu être accompagnée par Pôle Emploi et une conseillère encourageante, à fond derrière nous. Ce soutien financier était une condition essentielle au lancement du projet des tabliers Marcel et Jean.

Ensuite, nous avons décidé de nous faire aider par des professionnels pour tout ce qui concernait la rédaction des statuts de la société et les formalités administratives. Nous avons choisi de passer par un cabinet comptable.

On s’y est attelé, on a vu plusieurs comptables et experts comptables, tous recommandés par des connaissances. On s’est dit que ce serait simple de créer la société suite à leurs conseils…
Le premier nous a vivement recommandé de monter une SAS, le second une SARL et le troisième ne s’est pas prononcé.
On a tranché, ça sera une SAS (Société par Action Simplifiée) pour sa flexibilité.

La rédaction des statuts a pris quelques semaines, puis vient le moment de déposer le capital en banque…ça devient, tout de suite, plus concret.
Une semaine plus tard, nos noms étaient dans le journal, sacré choc !
Quelques jours plus tard, nous recevions le Kbis, carte d’identité de notre petite entreprise délivrée par le greffe du tribunal de commerce. On a ouvert le champagne une deuxième fois.

Penser à la production

La première étape dans la production de nos tabliers Marcel et Jean était le prototypage. Il s’agit de réaliser une version d’essai du produit, un test pour si besoin faire des modifications mais aussi et surtout pour chiffrer le coût de fabrication d’un tablier.
En effet, un atelier de confection vend une prestation de service, le savoir-faire d’un ouvrier, d’une couturière. Le coût de nos tabliers dépendait du temps passé pour en fabriquer un.

L’atelier de confection est le dernier rouage du processus de fabrication, il assemble les différentes pièces qui composent notre tablier.

Avant ça, ce sont pas moins de 7 fournisseurs à gérer, autant de délais de fabrication et de conditions de livraison.
Pour vous donner un petit aperçu de notre boulot, on vous fera prochainement une petite infographie.

Se lancer quand on est pas prêt 😀

Dans le meilleur des monde, les délais de production seraient de 24h, la livraison se ferait par téléportation et tout achat serait validé par un claquement de doigt.

A priori, nous ne sommes pas sur la bonne planète parce que niveau délais on était un peu en retard sur le programme et des échéances importantes arrivaient à grand pas.
On avait repéré, dès l’étude de marché, que Noël était une période importante car le nombre de recherches du mot “tablier” sur Google augmentait sur cette période.

On travaillait dur, on pressait les fournisseurs mais on n’était pas du tout sûrs que la production se ferait avant Noël. Parfois, on a beau faire le maximum, il faut accepter que les choses ne se passent pas comme prévues. Il faut s’adapter !

Alors, on a décidé de voir les choses du bon côté et de trouver une solution pour profiter de l’engouement des fêtes de fin d’année, sans pour autant pouvoir vendre nos produits.

Concrètement voici notre réflexion :

On va lancer la marque Marcel et Jean sur les réseaux sociaux, promouvoir le site internet, communiquer sur nos produits, sans même avoir les produits !
Fondateurs de Marcel et Jean (dit de manière très sérieuse)

Après tout, notre credo c’était la transparence avec nos clients. On allait donc leur expliquer qu’on n’était pas prêt, qu’il faudrait être patient mais qu’ils pouvaient déjà nous suivre et prochainement faire partie des tous premiers clients de la marque.
Un mélange entre soutien et exclusivité.

Dans les faits, comment on a fait ?

C’est simple, on a fait comme si on avait les tabliers. On a communiqué sur les réseaux sociaux, on a partagé la vidéo, on a mis nos proches à contribution comme n’importe quel lancement de marque sur le web.

La seule différence est que les visiteurs du site ne pouvaient pas acheter les tabliers mais simplement laisser leur adresses mail pour être prévenu lorsqu’ils sortiraient de l’atelier. On ne pouvait pas vendre mais on pouvait offrir l’exclusivité de l’information.

L’objectif ?

Il y avait plusieurs buts à ce lancement anticipé :

  • Profiter d’une période faste dans la recherche du mot “tablier” et donc se faire connaître par plus de monde.
  • Créer un premier fichier de clients potentiels composé de personnes que l’on savait intéressées puisqu’elles s’étaient elles-mêmes inscrites.
  • Écouler rapidement la 1ère production.
  • Estimer le nombre de ventes avant même la production.

Bref, se lancer quand on est pas prêts, il faut oser, mais on l’a fait !

Prendre un peu de recul

La difficulté, quand on se lance dans un projet comme le nôtre, c’est qu’on a souvent la tête dans le guidon. On pense tablier, on vit tablier à tel point qu’on se perd un peu dans tout ça.

Aujourd’hui, on a assez de recul pour savoir qui on est, ce que l’on fait, comment on le fait et surtout pourquoi on le fait !

Vous avez dit Marcel et Jean ?

Marcel et Jean est une marque de tabliers de cuisine, modernes et haut de gamme. Nos produits ont un design épuré, sont fait avec des matières naturelles, le tout entièrement fabriqué en France.

Nous pensons nos tabliers comme de vrais accessoires de prêt à porter. Nous aimons la mode, la cuisine et défendons des valeurs de terroir, de bonne bouffe et de partage.
Nous pensons que le tablier de cuisine mérite mieux que de rester pendu dans un cellier, qu’il illustre parfaitement les valeurs qui nous sont chères mais qu’il a besoin d’être repensé, modernisé pour s’adapter au monde d’aujourd’hui.
Nous nous faisons un devoir de le remettre au goût du jour pour qu’il ne soit plus qu’un simple accessoire utilitaire mais qu’il devienne l’accessoire qui vous donnera confiance en cuisine.

Pour le remettre en haut de l’affiche et lui redonner des couleurs, on en a enlevées justement.
Trop de déclinaisons de couleurs, de phrases humoristiques et de rayures en ont fait un produit vieillot.

Nos tabliers ont un design épurés avec une toile 100% coton uni bleue indigo tissées près d’Aix en Provence, mixée à du cuir couleur naturelle, fauve pour être exact et des boutons en laiton, couleur bronze, produits du Jura. Simple et élégant.

Pas n’importe quel tablier

Nous avons choisi de doubler nos tabliers. C’est assez rare pour être expliqué alors on vous fait un topo. La plupart des tabliers sont composés d’une seule toile, les ourlets et coutures étant visibles au dos du tablier.
Nous, on a décidé de mettre deux toiles et de les assembler. Du coup, les coutures sont à l’intérieur de ces deux couches de tissus.
Pour nous y’a pas photo : les coutures sont invisibles, pas de fils qui pendent, le dos est aussi beau que l’avant du produit et le tablier est deux fois plus épais pour une meilleure tenue. Oui, ça nous coûte deux fois plus en terme de tissus, mais on voulait vraiment des finitions haut de gamme.

Nous vendons nos produits par internet, uniquement via notre site web www.marceletjean.fr. C’est un choix d’indépendance et d’exclusivité de notre part.

Vers l’infini et haut delà…

On extrapole peut-être un peu avec ce titre mais quand même, on espère bien vous proposer des nouveautés, des éditions limités, des collections Printemps/Eté et Automne/ Hiver.
Niveau distribution, nous souhaitons aussi nous développer en proposant nos produits chez certains détaillants et pourquoi pas, un jour, ouvrir un magasin Marcel et Jean ?

Une grande étape pour nous sera d’étoffer notre équipe avec de nouvelles recrues pour nous développer dans la bonne humeur.

Quoiqu’il en soit, nous espérons que vous serez à nos côtés tout au long de cette palpitante aventure.

A très bientôt.

L’équipe Marcel et Jean.

N'oubliez pas la fête des mères !

N'oubliez pas la fête des mères !

Jusqu’au 2 juin, commandez un tablier Le Marcel + un tablier Le P’tit Marcel et économisez 15% !

Code promo : FETEMERE19

Votre email a bien été pris en compte. Merci et à très vite !